Surmonter la peur de l’abandon


C’est une blessure que tout le monde connait, puisque notre premier « abandon » est celui qui nous a fait perdre la protection et le confort du ventre maternel. De plus, qui n’a pas un jour eu le sentiment d’avoir été oublié par l’un de ses parents, à la crèche ou à l’école ? Qui n’a pas eu le sentiment d’être laissé pour compte par ses amis ou suite à une rupture amoureuse ? Sans parler des enfants réellement abandonnés par leurs parents : suite à un accouchement « sous X », un décès ou même un divorce lorsque l’un des parents cesse de donner signe de vie. La blessure d’abandon fait résonner une de nos peurs primales : celle de mourir ! Car, pour un enfant (comme pour tous les mammifères de notre planète), l’abandon du parent signifie la mort. En effet, un bébé laissé sans protection ne peut survivre. Ainsi, chacun porte en soi cette peur instinctive.

L’enfant qui a subi une perte grave restera marqué de façon définitive, même s’il n’était qu’un nourrisson au moment des faits, même s’il n’en a plus aucun souvenir à l’âge adulte, même s’il a été choyé tout le reste de sa vie : cette peur ne disparaîtra jamais complètement. La blessure, intériorisée et oubliée dans les méandres de l’Inconscient, continuera d’être active et dictera ses « ordres » de l’intérieur. Les manifestations de la blessure d’abandon 

 Si l’adulte rejoue la blessure : il mobilisera inconsciemment toute son énergie pour se mettre lui-même en situation d’être abandonné. Les autres ne supporteront plus sa présence et le quitteront.

 Si l’adulte refoule la blessure : il abandonnera à son tour (sa compagne, ses amis, ses enfants…) et aura toujours une bonne excuse pour le faire.  

Si l’adulte sublime la blessure : il cherchera à travailler dans des causes en rapport avec les enfants abandonnés ou des adultes souffrants de la solitude, les laissés-pour-compte. Il pourra aussi devenir thérapeute de couple ou appartiendra à un groupe : politicien, militaire, prêtre… Il y deviendra un « rassembleur ».

4 caractéristiques des personnes qui souffrent de la blessure d’abandon

  • Envie de plaire et de ne pas décevoir: Vous imaginerez facilement qu’une personne qui a peur de l’abandon va tout faire pour conserver l’attention de la personne du sexe opposé et tenter de devenir la perle rare à ses yeux. C’est dans ce contexte que la déception est aussi vécue intensément quand la personne croit décevoir ses proches.  Tous les efforts pour se nier, voire s’oublier et devenir uniquement ce qu’attend autrui sont la vraie source de la déception quand l’autre exprime un désaccord. 
  • La complexité de ses relations: Vous en déduirez facilement que l’un des terrains où la peur de l’abandon est la plus réactive est celui de la relation de couple. Voici 4 comportements typiques de la personne qui a peur de l’abandon en couple :
  • Fantasme sur le couple en étant célibataire, mais peur de perdre son partenaire une fois en couple.

  • Dépendance affective et d’autant plus envers un partenaire distant ou qui abandonne.

  • Choisir un(e) conjoint(e) pas forcément attirant à ses yeux mais toujours là pour écouter et  le/la soutenir.

  • Abandonner celui qui fait preuve de dépendance affective . C’est le paradoxe! Autant la personnalité dépendante s’accroche facilement à un partenaire qui lui semble inaccessible, autant elle peut se montrer impitoyable avec un partenaire dont elle a la garantie qu’il ne l’abandonnera jamais. 
  • Peur de l’abandon et besoin d’attention: Tout comme le ferait une personne qui a besoin d’obtenir de l’attention, la personnalité du dépendant y parvient par les moyens suivants :
  • La plainte, la déception, les pleurs, la victimisation. 

  • Prêcher le faux pour savoir le vrai. 

  • Jouer avec vos états de culpabilité pour obtenir votre écoute ou votre présence. En utilisant plusieurs paramètres comme leur âge, leur état de santé, leurs finances, ils sentent comment vous inciter à leur accorder de votre soutien et attention. Ne voyez pas mal dans ce que j’écris, cela relève d’une certaine maitrise et intelligence de l’égo pour se sécuriser face à la peur de l’abandon. 
  •  
  • Et enfin La menace.  Il est fréquent de découvrir l’ampleur de la souffrance affective d’une personne qui a peur de l’abandon au moment d’un éloignement, d’une séparation ( dont elle ne serait pas à l’origine).  Si durant la relation de couple, cette personne semblait plutôt fragile et aux petits soins, c’est une toute autre facette qu’elle révèle au moment d’une rupture. Plus elle estime s’être donnée pour que la relation fonctionne, plus elle vivra difficilement la rupture, estimant que vous lui êtes redevable.  Elle ne comprendra pas pourquoi vous l’abandonnez (=elle qui s’est tant sacrifiée pour que ça marche!). Cet abandon réveille généralement toute la tristesse et la violence refoulées à l’intérieur de son coeur. La tristesse de croire à nouveau qu’elle n’est pas assez bien pour être aimée et la colère de s’être sacrifiée pour quelqu’un qui la laisse (=encore!) tomber.

Par exemple : j’ai connu des personnalités dépendantes, fusionner avec les attentes de leur partenaire jusqu’au niveau de leur sexualité. Accepter tous les fantasmes de l’autre « par amour » (= peur de l’abandon) puis se sentir profondément humiliée d’être quittée une fois les désirs du partenaire assouvis. Je vous laisse imaginer la honte et la rage qui peuvent naitre d’une expérience comme celle de se forcer à des actes sexuels jugés dégradants au fond de soi juste pour garder l’autre. Si vous avez vécu cette forme de soumission ou si vous la vivez actuellement, sachez que votre intégrité, dans la sexualité ou ailleurs, ne devrait pas être une condition négociable dans vos relations.

  • sa tristesse inexpliquée: La personnalité dépendante comprendra certainement ce passage spécifique sur l’émotion de tristesse. Car elle ne ressent pas une tristesse ponctuelle comme la plupart des gens. Les personnalités dépendantes peuvent ressentir un sentiment profond et permanent de vide intérieur.
  • Etre le centre de l’attention: tout ramener à elle, souvent en donnant des exemples

Comment l’hypnose agit sur cette blessure d’abandon

La première étape, est toujours la prise de conscience de sa souffrance et l’envie d’aller mieux.

Après un premier RDV, nous échangeons ensemble sur les causes et conséquences de votre situation et je vous proposerai par la suite une solution pour libérer votre inconscient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *