Les 5 blessures de l’âme

Certaines blessures ont des conséquences graves et profondes sur notre bien-être et nous empêchent de profiter pleinement de la vie et d’être nous-mêmes. Ce sont les 5 blessures de l’âme !

Quelles sont les blessures de l’âme ?

Les blessures de l’âme sont des blessures profondes gravées dans notre subconscient depuis l’enfance. Ces blessures ont contribué à faire de nous ce que nous sommes : notre comportement, nos émotions, nos pensées et nos rapports avec les autres. Selon le psychiatre John Pierrakos, ces blessures exercent sur nous une forte emprise et nous empêchent d’être nous-mêmes. La blessure du rejet, la trahison, l’abandon, l’injustice et l’humiliation sont les 5 blessures de l’âme dont nous parlons. Selon John Pierrakos, tout le monde souffre d’au moins 3 blessures. Pour éviter de souffrir, nous nous cachons derrière un masque. C’est notre manière de s’éloigner de la souffrance. Toutefois, cela ne fait que nourrir notre blessure. Pour guérir, nous devons enlever nos masques et faire face à notre souffrance.   

Le rejet, le masque du fuyant

La blessure du rejet naît généralement chez un enfant non désiré et rejeté par un parent ou encore chez un enfant ne se sentant pas accepté par le parent du même sexe. Cette blessure se caractérise par certains comportements :

  • Sensible aux remarques du parent du même sexe ;
  • Recherche de la solitude ;
  • S’éloigne des situations où il craint d’être rejeté ;
  • S’exprime rarement et n’ose pas donner son opinion ;
  • Ne s’attache pas aux biens matériels ;
  • Très exigeant envers lui-même ;
  • Se sent toujours rejeté.

Les personnes souffrant de la blessure du rejet affichent généralement un corps fuyant contracté et filiforme. Elles peuvent également souffrir de problèmes de santé : troubles respiratoires, arythmie cardiaque…

La personne souffrant de la blessure du rejet doute même de son droit d’exister et recherche constamment l’amour du parent du même sexe. Il a du mal à accepter les attentions des autres et peut même saboter ses relations. Sa plus grande peur est la panique.

L’abandon, le masque du dépendant

Cette blessure profonde naît lorsque le parent du sexe opposé s’efface derrière l’autre parent, en cas d’une mauvaise communication avec le parent de sexe opposé ou encore chez un enfant qui ne reçoit pas assez d’affection de la part de ses parents.

Les comportements suivants sont ceux du dépendant :  

  • Cherche continuellement le soutien des autres ainsi que leur approbation ;
  • Cherche à attire l’attention ;
  • Ne supporte pas d’être le refus ;
  • Dramatise facilement ;
  • Cherche toujours la présence des autres.

Le physique du dépendant se caractérise par un corps chétif avec des yeux tristes. Il a souvent une petite voix et souffre de maladies telles que la dépression, l’hystérie ou encore l’asthme.  

Le dépendant a besoin des autres pour avancer, il ne prend jamais de décisions seul et cherche toujours l’approbation des autres. Sa plus grande peur est la solitude.

L’humiliation, le masque du masochiste

Cette blessure naît chez un enfant dont l’un des parents a honte de lui ou encore chez un enfant souvent rabaissé, critiqué et comparé aux autres. La blessure prend généralement naissance au moment où l’enfant apprend à manger seul, à aller aux toilettes, à parler…

 Les comportements typiques du masochiste sont :

  • Plaisir à souffrir ;
  • Responsable et performant ;
  • Prend soin des autres ;
  • N’exprime pas ses véritables besoins ;
  • Recherche l’humiliation et la douleur ;
  • Relation fusionnelle avec sa mère ;
  • Se punie lui-même.

Le masochiste affiche un physique rondelet, un cou bombé et rencontre souvent des problèmes cardiaques.

Le masochiste n’attend pas les autres pour agir à sa place, il prend beaucoup de responsabilités. D’ailleurs, il veut tout faire et a tendance à abaisser les autres. Parallèlement, il se dévalorise souvent et n’hésite pas à se corriger lui-même. Il a honte de lui-même et se réfugie dans la nourriture. Sa plus grande peur est la liberté.

La trahison, le masque du contrôlant

La blessure de la trahison est liée à la blessure de l’abandon. Elle naît chez un enfant où le parent du même sexe est maltraité par le parent du sexe opposé.

Les comportements typiques du contrôlant sont :

  • Un sentiment de trahison à la moindre erreur ;
  • Se plaît à attirer l’attention ;
  • Exigeant avec lui-même ;
  • Impatient et a une forte personnalité ;
  • Veut tout contrôler ;
  • Ne se confie pas aux autres ;
  • Colérique.

Le contrôlant affiche souvent un physique fort avec des épaules larges chez les hommes et le bas du corps large chez les femmes. Son regard est intense et séducteur. Sa plus grande peur est la dissociation.

Le contrôlant est intransigeant et cherche toujours à impressionner les autres. Impatient, il peut bousculer les autres pour faire avancer les choses. D’ailleurs, il ne supporte pas la lenteur des autres. Pour cela, il veut tout faire lui-même et fait difficilement confiance aux autres. Le contrôlant a toujours une longueur d’avance sur les autres, car il aime tout prévoir. Sa plus grande peur est la dissociation.

L’injustice, le masque du rigide

La blessure de l’injustice naît chez l’enfant vivant sous l’emprise de parents froids et autoritaires. Dans ce type d’environnement, l’enfant n’a pas le droit de s’exprimer et ne peut ainsi s’affirmer. Les comportements typiques du rigide sont :

  • Difficulté à s’exprimer ;
  • Se montre froid ;
  • Perfectionniste ;
  • Crains l’autorité ;
  • Exigent envers lui-même ;
  • Ne connais pas ses limites ;
  • Difficulté à demander de l’aide aux autres.

Les caractéristiques physiques du rigide sont : corps droit bien proportionné, épaules et hanches larges, mâchoire serrée et corps tendu. Il souffre souvent de problèmes de santé tels que : constipation, insomnie, inflammation et surmenage.

Le rigide est très exigeant envers lui-même et recherche toujours la perfection. Il ne se plaint jamais et se coupe de ses émotions. Sa plus grande peur est la froideur.

Lise Bourbeau a aidé des milliers de personnes à guérir de leurs blessures et à améliorer leur qualité de vie en les aidant à devenir conscients de ce qui se passe à l’intérieur d’eux-mêmes. Elle organise régulièrement des ateliers permettant aux participants d’identifier les masques qui cachent leurs blessures, à comprendre les comportements associés aux masques, à découvrir les forces cachées derrière les masques et à utiliser les connaissances acquises au quotidien. Vous pouvez retrouver son livre « les 5 blessures de l’âme » pour en savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *